Trail en altitude à Telluride

telluride-mountain-run-logo-1La Telluride Mountain Run (60 kilomètres / 3800m D+) se déroule le samedi 6 août 2016 autour de Telluride, Colorado entre 2700m et 3900m d’altitude (à un peu plus de 6h de voiture de Denver). Telluride est une station de ski huppée (il n’a pas été simple de trouver un hébergement à un prix raisonnable). Avant de faire ce trail, j’en savais très peu sur la course. Le site est assez succinct et les informations datent un peu. Si j’ai bien compris, le sens de la course alterne chaque année. Pour connaître le dénivelé, je récupère une vieille trace gpx… L’organisateur Dakota Jones (coureur élite Salomon/Clif ; 2ème sur la Hardrock 100) envoie plusieurs mails d’information avant la course dont le dernier qui annonce une météo catastrophique pour la course (violents orages, éclairs…).

Préparation

7 jours avant la course, j’ai terminé le half marathon de BlackHawk et 4 jours avant j’ai réalisé l’ascension en courant de deux sommets à 4300m d’altitude : Grays & Torreys (19,5km 1400 D+ en 4h). Le jour de la course, je me sens en pleine forme prêt à en découdre. Je compte attaquer le plus possible.

La course

La veille de la course, nous arrivons à Telluride 5 min avant la fin de la remise des dossards. L’ambiance est très détendue. Dans un hall d’hôtel, Dakota Jones me remet le sac de bienvenue. Si je le souhaite, je peux prendre une paire de gants Mountain Hardware (d’une valeur de 30$), une paire de chaussettes Telluride Mountain Run et de nombreuses barres de céréales. Dakota est curieux de mes origines : on sent le coureur international super ouvert à l’aura particulière. Il m’annonce que la météo ne sera pas terrible. A cet époque de l’année, les violents orages sont courants.

Pour cette course, il y a deux possibilités de drop bag : je prévois un équipement digne du Tor des géants : gore-tex, sur-pantalon imperméable, gants, sur-gants imperméables, frontale de rechange, piles, paire de chaussure de rechange, polaire, vêtements de rechange… Tout ça pour 60km !!! Je laisse la plupart de l’équipement dans le drop bag du 1er ravito (au 25ème km) en me disant que si jamais c’est l’apocalypse, j’aurais de quoi me changer et plus de protections contre la pluie et le froid de disponibles.

telluride-mountain-run-01

La course

Le départ, assez confidentiel, est donné à 6h30 au pied des pistes de ski. Il ne fait pas chaud. Juste avant de partir, je discute avec un coureur qui est un habitué de la course. Puis je vais encourager une coureuse avec qui j’étais bénévole sur la HardRock 100. Le début est difficile : une grande montée de 1000m de dénivelé positif sur les pistes qui longent le téléphérique. Nous grimpons essentiellement en marchant. J’en profite pour discuter avec un groupe de coureurs de la ville de Durango. Arrivé à 3700m, j’ai mal à la tête et me force à boire plus que d’habitude. Nous quittons ensuite les pistes pour courir en descente sur un sentier au milieu de magnifiques champs de fleurs.

telluride-mountain-run-02telluride-mountain-run-03

Deux coureuses me disent de passer, je les double et trottine tranquillement dans la descente. Le sentier croise plusieurs ruisseaux. Au 1er, je glisse et mets les deux pieds dans l’eau. Au suivant, je ne trempe qu’un seul pied. Au troisième, je tombe et me rattrape sur les deux mains (pendant la course, je ne vais rien sentir mais je vais ensuite conserver une douleur dans le coude pendant un mois : ligament ou muscle abîmé…). En bas de la descente, c’est à peu près le 10ème km et déjà 2h10 de course se sont écoulées. J’avance à un rythme assez calme alors que j’entame l’ascension vers le point haut de la course (3981m) : un col enneigé que nous passons avec un autre coureur de Durango en traversant un névé. Sympa, il propose de me prendre en photo.

telluride-mountain-run-04telluride-mountain-run-05

La descente s’effectue au début en coupant à travers la pente puis nous rejoignons une piste qui nous permet de découvrir un paysage magnifique et une superbe cascade. Bien que le temps soit couvert nous avons échappé à l’orage annoncé. Je commence de croiser des promeneurs qui nous encouragent. Une coureuse me double à pleine vitesse dans la descente suivie de près par un coureur en Altra.

telluride-mountain-run-06telluride-mountain-run-07

J’arrive au 1er ravito de Bridalveil au 25ème km après 3h50 de course. Je suis soulagé !! J’ai 2h d’avance sur la barrière horaire et le point le plus haut a été passé sans éclair. Je n’ai plus mal à la tête et suis plus serein par rapport au risque d’orage. Je réalise que le drop bag que l’on me tend est celui que j’avais prévu en second… Je ne m’en sers donc pas. Par contre je remplis mes flasques avec 1 litre d’eau et prends 2 barres de gommes Clif sur la table après avoir bu plusieurs cocas.

Après le ravito, le parcours est constitué d’une seconde montée de 1000 de dénivelé positif. Le soleil apparaît et il fait vite très chaud. Je rattrape Adam, le coureur de Durango et fais un bout de chemin avec lui. Nous remontons des pierriers :

telluride-mountain-run-08

La pente se calme ensuite un peu et le parcours emprunte alors une piste : c’est l’occasion de relancer. Nous courons sur une piste en nous faisant doubler par des jeeps louées par des touristes pour découvrir les mines. Adam me dit avoir mal aux cuisses et m’invite à poursuivre seul. Arrivé au bout de la piste je rattrape un groupe de coureurs en train de mettre leurs vestes de pluie. Parmi eux, il y a le coureur expérimenté avec qui j’ai discuté au départ : il me prend pour un allemand… 500m plus loin, je fais comme eux et enfile ma gore-tex : il commence de pleuvoir. Nous grimpons sur un sentier jusqu’au col à 3800m. Je les double un par un. J’entends le tonnerre mais heureusement l’orage n’est pas tout près. J’arrive au col, ne m’éternise pas et entame la descente assez rapidement derrière un coureur minimaliste (chaussettes très très courtes qu’on ne voit pas et chaussures sans aucun amorti). Je suis incapable de le doubler dans la descente. Nous arrivons en pleine forêt pour ensuite remonter sur un sentier en balcon qui surplombe Telluride. De la musique nous parvient… Dans la petite descente qui suit j’aperçois une elk (Wapiti) avec son petit. Je reste immobile plusieurs dizaines de secondes à les observer avant qu’ils ne s’en aillent.

telluride-mountain-run-09

J’arrive au deuxième ravitaillement après 6h45 de course et partage mon émerveillement avec les bénévoles. Je refais le plein de mes flasques avec 1 litre d’eau et reprends une barre de gomme Clif. Je repars rapidement en laissant au ravito un coureur qui y était à mon arrivée ainsi que le coureur minimaliste que je n’arrivais pas à doubler. Il y a ensuite une montée de 200m de dénivelé dans la forêt au cours de laquelle je double un coureur qui n’en peut plus.

Après une grande descente, j’arrive au 3ème ravitaillement de Mill Creek au 48ème km après 8h38 de course. Je remplis à nouveau mes gourdes avec 1 litre d’eau mais oublie de demander mon sac d’allègement (au final, je n’aurai utilisé aucun drop bags : ça fait moins de linge à laver !!). Un coureur déjà présent sur le ravito repart rapidement. Je repars après avoir bu du coca sur une descente qui me mène jusqu’à la route que je coupe. Je traverse ensuite la vallée, puis un torrent sur un pont avant d’entamer les 600 derniers mètres de dénivelé positif qui me mènent dans une station de sport d’hiver très chic. Il recommence de pleuvoir. Je fini par rattraper et doubler le coureur qui était parti avant moi du ravitaillement. J’entame la dernière descente à fond en reprenant les pistes que nous avons montées le matin même. Je craque un peu et prends de l’élan sur chaque bosse pour décoller : grisant !!

Je passe l’arche d’arrivée sous la pluie après 10h12:06 de course en 30ème position. Dakota me remet la choppe souvenir. On discute un peu : apparemment il y aurait eu un problème de dé-balisage… Sur cette course, il n’invite pas les coureurs élites mais se réjouit de leur éventuelle présence (Anna Frost était venue l’année passée). C’est surtout pour lui l’occasion de retrouver ses potes, de manger de la pizza et de boire des bières avec eux : super sympa comme esprit !

Bilan

Je suis très content de cette course que j’ai bien géré et qui me permettra de partir confiant, par rapport à l’altitude, à la Leadville 100. Les paysages étaient vraiment incroyables et le parcours très chouette !!! Mis à part cette douleur au coude, le physique n’a pas souffert. Mes pieds sont en très bon état malgré les passages répétés dans l’eau (grâce à la super combinaison : Altra+Injinji+Nok) et je n’ai pas eu de courbatures d’après course.

Bon, il restait à aller récupérer le 2ème sac d’allègement avant de partir : petite ballade sur une dirt road plus facile à descendre en courant qu’à monter en voiture.

Équipement

Chaussures Altra superior 2.0, chaussettes Injinji trail, short Patagonia strider pro 5″, t-shirt thermique à manches courtes Odlo, t-shirt à manches longues Patagonia, veste Patagonia Super Cell, sac Salomon slab 12, 2 flasques Hydrapack (eau + poudre), casquette Boco gear, Iphone SE, Garmin Foretrex 401.

telluride-mountain-run-profil

telluride-mountain-run-map

Ma course sur Stravatelluride-mountain-run-logo-2

Le site de la course

Merci de partager si vous avez aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *