3ème sur une chasse à l’ours de 100k

the-bear-chase-trail-race-100k-logo-the-bear-chaseLa Bear Chase Trail Race 100k (100 kilomètres / 1295m D+) se déroule le samedi 24 septembre 2016 dans le Bear Creek Lake Park à 1700m d’altitude à Lakewood, Colorado (à moins de 40 minutes de voiture de Denver). Le jour même il y a également un 50 miles et un 50k. Le lendemain il y a un 13,1 miles et un 10k.

Préparation

En Septembre, je me suis très peu entraîné : un footing pour monter au sommet d’Angels Landing dans le parc naturel de Zion (18km 2000 D+ en 2h) et deux footings à Cheesman Park (12km en 1h x 2). J’ai un gros manque de sommeil mais je suis confiant et espère faire quelque chose de bien sur cette course.

Je prends contact avec l’organisateur qui me donne des conseils pour me rendre sur place (il n’y a pas de transports publics pour arriver à 6h) et poste une demande de covoiturage sur la page Facebook du groupe Colorado Ultrarunners. Drew bénévole sur la course l’après-midi et vivant à Lakewood propose d’aller me chercher, de me déposer puis de retourner se coucher : trop sympa !!!

Je récupère mon dossard au super magasin Runners Roost de Lakewood avec un t-shirt et des échantillons de produits énergétiques.

La course

L’aire de départ est au bord du lac près duquel on pose les drop bags sous une tente.

the-bear-chase-trail-race-100k-01

1er tour

Le jour se lève pendant le briefing. Le départ est donné à 6h30 pour le 100k et le 50 miles (les coureurs du 50k partiront 1h après). Nous suivons un vélo sur les 100 premiers mètres. Je cours à mon rythme mais l’altitude se fait sentir. Trois coureurs sont devant moi, le 1er attaque fort. J’ai bien froid et suis content d’être un peu couvert. J’ai autant de t-shirts que les 3 coureurs devant réunis. Le 1er en blanc et les deux autres en rouge. Je suis le seul à avoir un sac, ils courent avec des gourdes dans les mains. Avant d’aborder la montée la plus importante du parcours (Mount Carbon qui ressemble à une petite colline), on discute un peu 2 par 2, j’apprends que le coureur en blanc est sur le 100k et les deux autres sur le 50 miles. Arrivé en haut, je vois que les coureurs qui me suivent commencent leur montée. De l’autre côté on aperçoit Denver au loin. Dans la descente, je double l’un des deux coureurs en rouge qui peine un peu. Après avoir traversé à 3 reprises une rivière avec de l’eau au niveau des genoux, nous arrivons au 1er ravito situé à côté de magnifiques résidences en bordure de golf : je prends deux verres de coca. Les deux premiers vont repartir et accélérer, je les laisse s’éloigner dans une très longue ligne droite. Lorsque j’arrive au 2ème ravito, ils sont déjà loin tout comme les coureurs derrière moi. Je reprends un coca et un morceau de banane avant de m’élancer dans une autre petite montée.

the-bear-chase-trail-race-100k-02Le 3ème ravito au bord du lac est très proche. Je longe ensuite une 2ème rivière jusqu’à un pont pour ensuite courir sur l’autre rive en direction de la ligne de départ. Arrivé sur la ligne, je jette ma flasque qui fuyait et trempait mon t-shirt (venant de recevoir un colis d’Hydrapak avec des flasques de rechange, je suis venu à cette course avec mes anciennes gourdes pour faire le tri), dépose dans mon drop bag mon t-shirt Odlo et mon manches longues Patagonia et reprends une autre flasque, de la poudre énergétique et une barre de gommes Clif. Le 2ème coureur en rouge arrive au ravito de la ligne de départ. Il me dit aller bien et repart avant moi. Je suis en 4ème position, les deux courses confondues.

2ème tour

Je ressens tout à coup la pression du classement : « Ne suis-je pas parti trop vite ? ». Il fait plus chaud c’est agréable. Je prends une photo avant de monter le Mont Carbon et d’autres tout en haut.

the-bear-chase-trail-race-100k-03the-bear-chase-trail-race-100k-04the-bear-chase-trail-race-100k-05L’eau de la rivière est toujours aussi fraîche. Arrivé au 1er ravito, je prends le temps de discuter avec les bénévoles et leur annonce que je lutte pour être le 1er étranger ce qui les fait bien rigoler. Je continue de courir à un bon rythme mais moins rapide. Je profite du 3ème ravito pour faire une pause restroom, c’est vraiment bien organisé : il y a même du sanitizer à disposition. Parti en touriste en pensant qu’il n’y avait que 4 tours, je pose aux bénévoles la question qui me trottait dans la tête depuis le début du 2ème tour quand j’ai réalisé qu’il ne faisait que 20k : « il y a bien 5 tours » : oups !! Sur la fin du tour, je me fais doubler par le 1er du 50k.

3ème tour

Je reprends une barre de gommes Clif, jette ma flasque qui fuyait également et en prends une nouvelle avec un sachet de poudre. Dès le début du 3ème tour, un groupe d’une demi-douzaine de coureurs, dont la couleur de dossard correspond aux 50 miles & 50k, me double. Mais ensuite un coureur du 100k me double rapidement. Mon moral chute aussi vite et les pensées négatives m’envahissent. Je commence à me dire que je suis en train d’exploser et que ce n’est que le 1er d’une longue liste à me doubler. Arrivé au 1er ravito, un bénévole me demande si j’ai fait l’UTMB ; lui l’a fait ainsi que la ronda del cims. Ces évocations et les souvenirs de l’UTMB me font beaucoup de bien. Une bénévole me donne une tranche de pastèque saupoudrée de sel avant que je reparte. Un petit groupe de coureurs des autres courses me double. L’un d’entre eux au sourire jusqu’aux oreilles a un t-shirt original :

the-bear-chase-trail-race-100k-06Je me concentre. J’ai un peu mal au ventre mais tout le reste va bien. Je décide de laisser tomber la pression et de courir dans ma bulle à mon rythme. Je me concentre uniquement sur des pensées positives et motivantes. Avant le 3ème ravito, je rattrape le coureur du 100k qui m’avait doublé rapidement. Il me dit que ça va. Je le retrouve ensuite au ravito car il a pris un raccourci et veut abandonner « I’m done ». Je lui dis qu’il est 3ème et que c’est trop dommage d’abandonner maintenant. J’en parle aux bénévoles pour qu’ils l’incitent à continuer. Juste après le pont qui marque le retour vers la ligne d’arrivée, je demande à la dame qui s’occupe du pointage mon classement, elle me dit qu’elle va appeler le PC course.

4ème tour

Je reprends un sachet de poudre énergétique et une barre de gommes Clif et repars sur le 4ème tour. Dans la descente de Mont Carbon, je donne un coup de pieds dans une grosse pierre comme dans un ballon et sens une vive douleur dans l’ongle de mon pouce droit. Les traversées de rivière me font oublier la douleur.

the-bear-chase-trail-race-100k-07Au 1er ravito, l’attitude d’un coureur grognon incite une bénévole à m’expliquer que des coureurs des autres distances se sont perdus. C’est étonnant car le parcours est simple et très bien balisé. Je discute avec le bénévole qui a couru en Europe : on parle du Tor des géants. Il m’explique qu’il a terminé 4 hardrock 100 : je me prosterne devant lui pour rigoler. Parler de tout ça me fait du bien au moral. Je dis aux bénévoles que je visualise mon arrivée. Selon eux c’est dans la poche.

Au 2ème ravito, un vieux monsieur est super fier de parler français. Au pont, la dame me dit que je suis 3ème. « Ah tiens ! J’ai été doublé sans m’en rendre compte ». Arrivé à la ligne de départ, le speaker annonce également ma place. Ils commencent la remise des prix d’une autre distance, le ravito est déserté. C’est dur, dur de repartir !! (C’est ça aussi l’esprit de l’ultra que j’aime : quand c’est fini pour les autres on continue). Petit coup de stress : un pacer attend son coureur pour l’accompagner sur le dernier tour : je me dis que ça va être plus dur sans.

5ème tour

Avant la montée de la colline, je double un coureur du 50k avec qui je discute un peu. Arrivé en haut, je vois un coureur avec un t-shirt noir et imagine qu’il est sur le 100k. Je me mets la pression en me disant qu’il ne faut pas qu’il me rattrape. Je rejoins deux coureurs du 50 qui courent très lentement mais ne marchent pas dans les montées. Ils m’encouragent et me font des gros high five. On court un peu ensemble tout en rattrapant une coureuse qui est aussi sur le 50.

Les bénévoles du 1er ravito ont été remplacés. Je vois le coureur au t-shirt noir arriver. Il demande aux bénévoles s’il a le droit de se servir ne faisant pas partie de la course. Je lui explique que je le voyais comme un poursuivant et que je suis bien content que ça ne soit pas le cas. Je repars sur la longue ligne droite et double une coureuse du 50 accompagnée d’un pacer. Je reparle un petit peu au 2ème ravito avec le bénévole qui parle français. Peu après j’aperçois 2 elks : instant de grâce.

the-bear-chase-trail-race-100k-08Arrivé au 3ème ravito, je vois Drew qui m’a accompagné le matin. Il me propose en rigolant d’être mon pacer quand je lui dis que je fais tout pour rester 3ème. Je suis épuisé, marche de plus en plus et commence à voir des silhouettes qui me rattrapent. Je me motive et me dis qu’à partir du point de contrôle après le pont et sur les deux derniers kilomètres je m’interdis de marcher. Je cours jusqu’au bout et passe l’arrivée en 11h56:44 de course (soit une moyenne de 8,37 km/h). Seulement 3 minutes après, le 4ème passe à son tour la ligne. Je suis 3ème et 2ème senior. Une femme me remet une médaille.

L’organisateur vient me voir et me remet plein de cadeaux (ça ne m’arrive pas souvent alors je savoure) : un verre, une boucle de ceinture, un trophée en forme d’ours, un bon d’achat de 30$ chez Runners Roost et une grosse boîte de boisson énergétique.

the-bear-chase-trail-race-100k-09

Après avoir bien discuté avec l’organisateur (un coach qui organise d’autres courses), je parle des courses européennes avec un bénévole très intéressé. Beaucoup de gens sont déjà partis et il n’y a plus de choix pour le repas d’après course (burrito avec une tranche de fromage et haricots noirs). J’en prends un mais il ne passe pas. Je commence à me sentir bien fatigué et donne mon ticket pour une bière à un ami du 4ème. Je marche le long de la route pour quitter le parc alors que la nuit commence de tomber. Une voiture s’arrête. C’est le 4ème, Éric, qui propose de me raccompagner à ma voiture. Quand je lui explique que je n’en ai pas et lui demande de me déposer à un arrêt de bus, il décide de me raccompagner chez moi alors que ce n’est pas du tout sa route : trop sympa !!! S’en suit une super discussion d’une heure sur le trail aux USA.

the-bear-chase-trail-race-100k-10Bilan

Je suis très content d’avoir pu me débrouiller sur un trail roulant (ce qui n’est pas ce que je préfère). Les trois jours suivants, j’ai eu quelques courbatures et un ongle de pouce bien explosé mais globalement j’étais en forme et suis retourné faire un gros entraînement 4 jours après. Ça ne m’arrive pas tous les jours d’être 3ème : ça fait très plaisir. Si j’étais très loin du 1er (10h18) et du 2ème (10h35), les suivants étaient proches. Nous étions 15 à terminer sur 20 coureurs à prendre le départ sur le 100k.

Encore une course au Colorado très agréable : les spectateurs sont enthousiastes et les coureurs s’encouragent mutuellement. Même s’il s’agissait d’une petite course avec peu de coureurs, l’ambiance était incroyable.

Équipement

Chaussures New Balance 1210 Leadville v1, chaussettes Injinji trail, short Patagonia strider pro 5″, t-shirt thermique à manches courtes Odlo, t-shirt à manche longue Patagonia, t-shirt sans manche Patagonia, sac Salomon slab 12, 1 flasque Hydrapack (eau + poudre), casquette Boco gear, 1 barre de gommes Clif, Iphone SE, Garmin Foretrex 401, paquet de mouchoirs, passeport.

the-bear-chase-trail-race-100k-mapMa course sur Strava

Le site de la coursethe-bear-chase-trail-race-100k-logo-bear-chase-race-series

Merci de partager si vous avez aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.